Témoignage Al Massira

Ce projet est construit à partir de ses fondements dans l’Ancien Testament, alors que l’histoire du Messie progresse de la Genèse vers le NT. Sa présentation visuelle d’une histoire familière du Moyen-Orient et son adéquation culturelle constituent un modèle parfait de communication pour ses auditeurs naturels. Le génie de ce projet est qu’il permet de contourner complètement les 300 dernières années de mauvaise interprétation culturelle occidentale de l’évangile, en particulier parce qu’il se trouve dans un Ancien Testament qui est généralement considéré comme une gêne pour la sensibilité de la mentalité occidentale.

L’Ancien Testament, aussi plein qu’il soit d’histoire, de chansons et de poèmes, est un chef-d’œuvre de création narrative interactive. Ce n’est pas l’histoire d’un Dieu lointain, mais d’un Dieu qui est toujours en relation. Comme dans tout lien de fidélité à une alliance, il y a crise et chaos, trahison et jalousie, colère et pardon, absence et présence. Mais les deux parties travaillent ensemble, pleurent ensemble, adorent ensemble, et même échouent ensemble.

Mais il y a aussi l’esclavage, l’oppression, la famine, la guerre, la peste, la richesse extrême et la pauvreté universelle ; chaque nuance culturelle peut être comprise beaucoup plus facilement par les auditeurs d’Al Massira. Voici un Dieu qui est pour les pauvres, voici un ensemble de commandements qui apporte la justice, la grâce et la paix, voici une histoire d’échec qui est en soi rédemptrice.

Si, comme on le prétend, tout l’Ancien Testament, dans sa forme écrite, a d’abord été assemblé en exil à Babylone, alors toute note d’espoir est prophétique. Comment ces scribes auraient-ils pu écrire ces incroyables mots d’encouragement au plus profond du désespoir ? Mais dans ce désespoir, dans cette fosse, dans cette absence …………, il y a Yahvé.

Je t’ai un instant abandonné, mais je te recueillerai avec une grande compassion… Dans une colère débordante, je t’ai un instant caché ma face, mais j’aurai pitié de toi avec un amour éternel” (Isaïe 54, 7).

En exil, et sur la Croix, nous voyons le Dieu qui souffre “avec nous” dans notre désolation totale ; un Dieu qui comprend le monde des pauvres, des opprimés, des désespérés, des esclaves économiques. Mais un Dieu qui vit en relation comme un don, qui nous donne les autres comme un don, qui est généreux, abondant en dons, qui accueille l’étranger, qui nourrit la veuve et l’orphelin.

C’est aussi un Dieu qui renverse les puissants et élève les pauvres en esprit. C’est le Dieu qui est bien mieux représenté dans les histoires anciennes du Moyen-Orient, où les gens vivaient en dehors de la culture dominante, militariste, marchande et égocentrique, avec sa piété privatisée.

Le projet Al Massira sera un grand succès car il peut révéler une vérité qui n’est plus à la portée des oreilles occidentales.

Un Dieu des 10 commandements, du sabbat & ; du voisinage qui ne nous oblige pas à nous battre les uns contre les autres pour survivre. Un Dieu des pauvres de Matthieu 25 ; un Dieu des relations qui mène toujours à l’épanouissement de l’homme ; nous sommes libres parce que nous ne sommes plus en compétition les uns avec les autres.

La tâche est urgente. Les gens doivent se détourner des modèles occidentaux de “succès” qui sont déjà brisés et ne conduisent pas à une compréhension de la Vérité. Les riches ont été capturés par le totalitarisme du système (selon Walter Brueggemann) et ils ont à leur tour capturé l’évangile et l’utilisent comme une autre forme de marchandise.

Al Massira est un modèle parfait pour comprendre que l’épanouissement de l’homme en Dieu passe par une société renouvelée de voisinage d’alliance, de nouvelle création et de foi dans l’abondance de Dieu, malgré les preuves de désespoir qui sont partout.

Les peuples qui vivent au quotidien la guerre, la famine, l’oppression violente, le désespoir, les réfugiés en terre étrangère, peuvent comprendre parfaitement l’Ancien Testament et son espoir dans l’abîme du désespoir. Mais une espérance fondée sur le don d’un Dieu abondant qui, par l’intermédiaire du Saint-Esprit, inspire les communautés de voisinage pour favoriser l’épanouissement humain.